googlec6146ab6ba03b6df.html vol a voilevoile | Planeur vol a voile au Pays basque

Vol de pente Planeur 2

ORIENTATION SPATIALE en planeur


Il est où le hic ?
Avec ses sommets, ses vallées, sa végétation et ses nuages, la montagne est un environnement dans lequel le plan horizontal est difficile à percevoir. Si un pilote contrôle son assiette en maintenant constant l’espace repère capot/horizon, il fera inévitablement « les montagnes russes ». On peut observer chez un pilote de montagne débutant des actions potentiellement dangereuses comme le fait de piquer vers la plaine (donc d’accélérer) et de cabrer en revenant vers la montagne (donc de ralentir en direction du
sol).
Quelqu’un a-t-il vu l’horizon ?
Situer l’horizontale dans un tel chaos nécessite que l’on y accorde de la vigilance et du temps. Ne pas avoir conscience du problème se traduit généralement par un pilotage qui devient réactif, instrumental et agité.
T’as pas un sac ?
Les conséquences de la désorientation se remarquent par la perte du sens de l’équilibre (le corps ne connaît plus sa position dans l’espace), le fait que le pilotage perde de sa précision et de sa stabilité, le fait d’être malhabile, tendu, stressé, voire malade.
Afin de retarder ce phénomène il est important de conserver le plus longtemps possible le regard dans le plan horizontal (à l’image du motard qui prend un virage ou du canard qui garde sa tête immobile quelques soient les mouvements de son corps).
Cool mec
Du fait des accélérations subies en vol (poids apparent) le cerveau peut avoir du mal à gérer des informations contradictoires entre la perception de la position du corps dans l’espace d’une part et la perception visuelle de l’horizontale, d’autre part. C’est la vision périphérique qui perçoit la référence horizontale dans l’environnement qui nous entoure. Or sous l’effet du stress notre champ visuel se rétrécit et notre sens de l’équilibre se perd peu à peu. Le fait d’être décontracté et de porter notre regard vers l’infini va nous aider très naturellement à conserver une bonne orientation spatiale.
Mais il y a pire…
L’aspect effrayant de la paroi peut pousser un pilote non accoutumé à se recroqueviller sur lui-même (syndrome du chat) et à tirer inopinément sur son manche.
Les règles essentielles
1 Faire la moyenne des informations susceptibles de déterminer l’horizontale
2 Anticiper avec le regard pour ne pas se faire surprendre par un point écarté de l’horizontale (sommet, vallée) soit entre 20 et 30 degrés à l’intérieur du virage.
3 Accommoder le regard sur l’infini pour avoir le champ visuel le plus large possible.
4 Chercher à développer le sens de l’équilibre afin de ressentir physiquement l’attitude du planeur (assiette et inclinaison)
5 Regarder dehors.

Comments

Notre site est géré bénévolement il ne pose pas de cookies et il protège votre navigation. Bonne lecture.